quinta-feira, 12 de maio de 2016

Interdição glifosatos!



em risco do maior ecocídio de sempre, a terra e os seus habitantes assistem à extinção de espécies, de milhões de pássaros, das nossas amigas abelhas polinizadoras, à contaminação das águas, ao aumento de doenças oncológicas, reféns dos interesses de meia dúzia e das clientelas politicas que os defendem e protegem.


How much herbicides in your breakfast

Mistake release of gliphosate report

Gliphosate, mensonges et manipulations


2 comentários:

  1. Vous avez raison, ils sont prêts à tout pour le fric et le pouvoir. Pour vos jolis coquelicots, un poème que j'aime de René-Guy Cadou, un poète nantais qui fut instituteur.

    Le coquelicot (1944)

    Toi qui fus le chant de la plaine
    La fraîche tentation des blés
    L’amande douce des cocardes
    Au loin la crête des clochers
    Ô fleur des temps à venir
    Fleur du crime
    Fleur de sang sur la lèvre épaisse du sillon
    Fleur jetée à travers tant et tant de poitrines
    Fleurs des démolitions
    Ô double végétal des coqs
    Cri de la meule
    Balafre de clarté au front du petit jour
    Fleur ouverte en plein vent
    Fenêtre de verdure
    Âme du fusillé tournée contre le mur
    Sœur Anne des plus hautes tours
    Les hommes t’ont nourrie qui dorment sous les pierres
    Et de leur longue nuit tu rougis tes paupières
    Les morsures de l’eau t’apprennent à souffrir
    Tu offres tes cinq plaies pour notre repentir
    Ô fleur je t’ai gardée mes mains et mon visage
    Qu’ils servent à jamais pour un meilleur usage
    Et que tout mon passé rejaillisse sur toi
    Fleur grave fleur des champs béante à son corsage.



    Je vous embrasse
    Luc

    ResponderEliminar
  2. Très cher Luc, loin de l'ordinateur je vs réponds par ce msg télégraphique.
    Merci.
    Obrigada.
    De me faire connaître ce grand poète Nantais et ce si beau poème, sur les coquelicots (papoilas ici au portugal), ces fleurs de plus en plus ephémères, livrées comme tant d'autres - nous, humains, y compris - à la folie meurtrière d'une poignée de marchands de l'industrie agro-chimique...

    Um grande abraço,

    Cristina

    ResponderEliminar